Avant-premières

Du 27 mars au 5 avril 2020. En avant-premières, des dialogues entre la littérature et d'autres formes artistiques, des rencontres, en partenariat avec des lieux culturels de Bordeaux.





LES GENS QUI

Une exposition de Carole Lataste
Du 27 mars au 12 avril
Tous les jours de 14h à 19h
Halle des Chartrons, Place du Marché des Chartrons, Bordeaux

 

LES GENS QUI est un travail de la plasticienne Carole Lataste dans lequel elle explore la notion de relation. LES GENS QUI est une exposition de textes, de dessins, de peintures, de sculptures et de gestes dans laquelle elle catégorise et range ses sujets dans une approche formelle et pleine d’humour. Chacune de ses productions tire son origine d’une photographie prise par elle et dont elle propose une traduction par le trait et le volume.

Installation tout public.




Qui es-tu ?

Portraits philo et lecture
avec l’écrivaine Lucie Braud et l’illustratrice Lauranne Quentric
Mercredi 1er avril 17h30 Durée 1h30
Bibliothèque Mériadeck, 85 cours du Maréchal Juin, Bordeaux
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Alors que Lucie Braud offre des lectures et suscite les interrogations de chacun, Lauranne Quentric croque le public, les
regards, les poses. Une approche de la littérature sensible, en mots et en traits.




Isolés en tant que motifs / CRÉATION 2020

Performance de la compagnie Translation
Jeudi 2 et vendredi 3 avril 18h30 et 19h30
Samedi 4 avril 16h30 Durée 40 minutes
MÉCA – MÉCAstudio, Parvis Corto Maltese, Quai de Paludate, Bordeaux
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Réservations : oara.fr/reservation

Denis Cointe développe des formes scéniques où se rencontrent l’écriture, la musique et l’image (Die Dichte 2011, Délivrance 2016).
Avec Isolés en tant que motifs, il réunit la percussion de Didier Lasserre, la voix d’alto de Laurent Cerciat, le travail sonore de Loïc Lachaize et le poème de Jean-Christophe Bailly, Blanc sur Noir (William Blake & Co.).
« Ici est racontée une histoire, c’est un plan de cinéma – un homme qui traverse un pont et atteint l’autre rive. Conte d’hiver qui est un hommage ou un adieu à ceux qui n’ont pu le franchir et qui se sont jetés dans l’eau. Leurs noms figurent. Il neige (blanc) et il fait nuit (noir). La neige fond, ce que les mots ne savent pas faire aussi bien, et pourtant on a vraiment souhaité ici qu’ils soient eux aussi des flocons. » Jean-Christophe Bailly
Entre performance et installation, le public est invité à prendre place auprès des quatre interprètes qui tentent d’ouvrir un espace d’évocations, nourri de présences et d’absences, de traces, de durées, de silences. Il est convié à l’expérience d’un déploiement plastique et sonore du poème, susceptible d’appeler ses propres récits intimes.

 

Production : Compagnie Translation // Partenaires : OARA, Escale du livre, Glob Théâtre, SPEDIDAM

 

Retrouvez Jean-Christophe Bailly en dialogue avec Catherine Marnas ici




Hervé le Corre, à l’encre noire

Projection en avant-première de Hervé le Corre, à l’encre noire,
film documentaire de Laurent Tournebise, en présence d’Hervé Le Corre
Jeudi 2 avril 20h15 Durée : 52 min
Cinéma Utopia, 5 place Camille Julian, Bordeaux
Tarif : 4,50€ sur place au cinéma

Portrait en trois temps du romancier bordelais Hervé Le Corre, l’une des plus grandes plumes du roman noir français, qui, à travers son oeuvre, nous parle de notre époque en confrontant l’individuel au collectif, l’intime et l’Historique.
Une invitation au voyage littéraire, entre ombre et lumière, à la (re)découverte d’une oeuvre naturaliste qu’il bâtit patiemment depuis trente ans.

 

Une co-production Mara Films – France télévisions, avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée.