Lire des extraits des cinq romans et donner son avis de lecteur



Donnez votre avis de lecteur, de critique, venez parler des ouvrages qui vous ont touchés, émus, agacés ou emportés… en vous connectant sur :
prixdeslecteursedl.wordpress.com

 

 

LISEZ DES EXTRAITS DES CINQ ROMANS AVEC PREMIER CHAPITRE

Sucre Noir / Miguel Bonnefoy (Rivages)


Le jour se leva sur un navire naufragé, planté sur la cime des arbres, au milieu d’une forêt. C’était un trois mâts de dix-huit canons, à voiles carrées, dont la poupe s’était enfoncée dans un manguier à plusieurs mètres de hauteur. A tribord, des fruits pendaient entre les cordages. A bâbord, d’épaisses broussailles recouvraient la coque. (…)
Lire la suite…





La nuit des Béguines, Aline Kiner (Liana Levi)


Dans ce quartier de Paris qu’on appelle Le Marais, au coin de la rue Charlemagne et de la rue des Jardins-Saint-Paul, s’élève une tour brisée. Elle marque l’extrémité nord d’une muraille de plus de quatre-vingts mètres de long, ponctuée d’une seconde tour. (…) A son extrémité sud, le mur rejoint la rue de l’Ave-Mari, du nom du couvent qui, avant l’école, occupait les lieux. Mais au XIVème elle en porait un autre. Elle s’appelait la “rue des Béguines”. (…)
Lire la suite…





Pourquoi les oiseaux meurent, Victor Pouchet (Finitude)


Il avait plu des oiseaux morts. J’ai répété ça aux bateliers sur le quai du port de Paris. Ils m’ont regardé étrangement. Pourtant, c’était très exact : il avait plu des oiseaux morts. Je suis allé de péniche en péniche, pour expliquer ma demande : descendre avec eux la Seine, pour observer les oiseaux, et pour atteindre les alentours de Rouen, où une série de pluies d’oiseaux morts était survenue. (…)
Lire la suite…





La camp des autres, Thomas Vinau (Alma)


Le givre fait gueuler la lumière. Lorsqu’il a voulu ouvrir les yeux, sa paupière gauche était encore collée par le sang. Il passe plusieurs minutes, mains en coupe autour du visage, à tenter de réchauffer lentement par son haleine la peau tuméfiée de ses joues, les croûtes sur ses arcades fendues, l’arc-en-ciel de coups sur sa petite tronche d’ange écrasée. (…)
Lire la suite…





L’Art de perdre, Alice Zeniter (Flammarion)


Depuis quelques années, Naïma expérimente un nouveau type de détresse : celui qui vient désormais de façon systématique avec les gueules de bois. Il ne s’agit pas simplement d’un mal de crâne, d’une bouche pâteuse ou d’un ventre tordu et inopérant. (…)
Lire la suite…







This website stores some user agent data. These data are used to provide a more personalized experience and to track your whereabouts around our website in compliance with the European General Data Protection Regulation. If you decide to opt-out of any future tracking, a cookie will be set up in your browser to remember this choice for one year. I Agree, Deny
624