Grands Débats & Entretiens

Durant une heure, les Grands Entretiens invitent le public à la rencontre d'auteurs de littérature contemporaine d'envergure nationale ou internationale pour mieux connaître et comprendre leurs œuvres. Les Grands Débats associent écrivains, journalistes, hommes politiques et penseurs autour de thèmes d’actualité. S'emparant du réel, la fiction contemporaine devient le meilleur ressort pour décrire une société qui change, qui connaît des troubles ou qui se réinvente.


droite-gauche

GRAND DEBAT / La société face à ses crises

Grand débat avec François Dubet et Barbara Stiegler
Vendredi 5 avril à 17h30, Salle Vauthier – Durée : 1h

Nous vivons un temps de passions tristes, de colères et d’indignations. Ce moment s’explique, pour une part, par le creusement des inégalités – mais pas seulement. Le changement essentiel concerne la nature même des inégalités, alors que s’éloigne le régime des classes sociales et que s’installe celui des inégalités multiples. Dès lors, les inégalités sont vécues comme des épreuves personnelles, des expériences du mépris, des mises en cause de la valeur de chacun. Les appels à la fermeture, à l’identité et à l’autoritarisme ne sont pas seulement les conséquences d’une crise des vieilles sociétés industrielles et nationales. Ils sont le produit des inégalités et des injustices auxquelles la gauche a pour le moment, beaucoup de mal à répondre.” François Dubet dans Le temps des passions tristes – Inégalités et populisme.

Considéré comme l’un des principaux sociologues français, François Dubet est professeur de sociologie émérite à l’Université de Bordeaux et directeur d’études à l’EHESS.

 

Avec “Il faut s’adapter”. Sur un nouvel impératif politique, Barbara Stiegler montre combien les notions-clés de Darwin habitent de nombreuses injonctions contemporaines : « s’adapter » pour « survivre », suivre les « mutations », participer à l’« évolution »… Elle met en évidence l’idée généralement admise d’une nécessité de s’adapter dans un monde complexe régi par la pensée néolibérale. Se fondant sur les théories de W. Lippmann et de J. Dewey, elle invite à une réflexion sur les liens entre la pensée politique et l’évolution humaine pour montrer qu’une autre interprétation du sens de la vie est possible.

Barbara Stiegler est professeure de philosophie à l’Université Bordeaux Montaigne et membre de l’Institut universitaire de France. Ses recherches s’inscrivent aujourd’hui dans le champ de la philosophie politique et portent sur l’histoire des libéralismes et de la démocratie.

 

Présenté par Pierre Mazet

 

François Dubet, Le temps des passions tristes – Inégalités et populisme (Seuil) – Librairie Olympique L44
Barbara Stiegler, “Il faut s’adapter”. Sur un nouvel impératif politique (Gallimard) – Librairie La Machine à lire L59




GRAND DEBAT / Portrait de l’Europe

Grand débat avec Andreï Kourkov, Robert Menasse et Emmanuel Ruben
Samedi 6 avril à 14h30, Salle Vauthier – Durée : 1h15
La venue de Robert Menasse est annulée

Un voyage dans l’histoire et la culture européenne, à travers trois romanciers, pour tenter de réfléchir à une
culture commune.

Andreï Kourkov, Vilnius, Paris, Londres
C’est la fin des gardes-frontières et des contrôles de passeports, un immense espoir pour un pays minuscule : le 21 décembre 2007, à minuit, la Lituanie intègre enfin l’espace Schengen. Comme beaucoup de leurs compatriotes, trois couples se lancent dans la grande aventure européenne. Mais l’Europe peut-elle tenir ses promesses de liberté et d’union ? Dans ce roman tour à tour drôle, tendre et mélancolique, Andreï Kourkov donne un visage à tous les désenchantés du rêve européen.

Robert Menasse, La capitale
Un cochon sème la panique dans le centre de Bruxelles. Dans le même quartier, un homme est tué d’une balle de revolver. Dans cette atmosphère tantôt spectrale, tantôt burlesque, mais d’une drôlerie irrésistible, Robert Menasse s’amuse à entremêler la trame de ses récits et à provoquer des croisements entre tous ses personnages où Bruxelles est la scène de son théâtre. 448 pages haletantes et débordantes d’imagination qui nous emmènent dans le monde ubuesque de « l’Europe ».

Emmanuel Ruben, Sur la route du Danube
Dans une chevauchée de l’Europe à vélo, le long du Danube, depuis les rives de la mer Noire, en Ukraine, jusqu’à sa source dans la Forêt-Noire, en Allemagne, Emmanuel Ruben compose un portrait de la mosaïque européenne. En chemin, c’est l’histoire complexe d’une Europe oubliée qu’il traverse : le tableau vivant d’une Europe contemporaine.

 

Présenté par Yann Nicol

 

Andreï Kourkov, Vilnius, Paris, Londres (Liana Levi) – Librairie La Machine à lire L59
Robert Menasse, La capitale (Verdier) – Librairie La Machine à lire L59
Emmanuel Ruben, Sur la route du Danube (Rivages) – Librairie Georges L23




GRAND ENTRETIEN / David Vann

Grand entretien avec David Vann
Samedi 6 avril à 16h, Salle Vauthier – Durée : 1h

David Vann est né en 1966 sur l’île Adak, en Alaska, et y a passé une partie de son enfance avant de s’installer en Californie. Il a travaillé à l’écriture d’un premier roman pendant dix ans avant de rédiger en dix-sept jours, lors d’un voyage en mer, le livre qui deviendra Sukkwan Island. Ses difficultés à se faire publier le conduisent vers la mer : il gagnera sa vie en naviguant pendant plusieurs années dans les Caraïbes et en Méditerranée.

En 2005, il publie A mile down, récit de son propre naufrage dans les Caraïbes lors de son voyage de noces quelques années plus tôt.

Publié en France en 2010, Sukkwan Island remporte un immense succès.

Prix Médicis étranger, il s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires. Porté par son succès français, David Vann est aujourd’hui traduit en dix-huit langues dans plus de soixante pays. Une adaptation cinématographique est en cours.

David Vann est également l’auteur de Désolations, Impurs, Goat Mountain, Dernier jour sur terre, Aquarium, L’Obscure clarté de l’air, tous publiés aux éditions Gallmeister.

Avec son dernier ouvrage, Un poisson sur la lune, David Vann revisite son histoire familiale, mêlant réalité et fiction pour livrer une réflexion sur ce qui nous fait tenir à la vie.

 

Présenté par Hubert Artus

 

Un poisson sur la lune (Gallmeister) – Librairie La Mauvaise Réputation L58

 




GRAND ENTRETIEN / David B.

Grand entretien avec David B.
Samedi 6 avril à 17h30, Café Pompier – Durée : 1h

David B. commence à travailler dans le domaine de la bande dessinée en 1985 (Pas de samba pour capitaine Tonnerre) scénarise et dessine des histoires dans de nombreux magazines, comme Okapi, Tintin Reporter et Chic.

En 1990, il participe à la création des Éditions l’Association, maison emblématique de l’édition indépendante de bande dessinée en France. Il devient, en son sein, l’un des principaux représentants de ce qu’on appelle la Nouvelle Bande Dessinée, aux côtés d’auteurs comme Joann Sfar, Marjane Satrapi ou Lewis Trondheim.

Il y publie notamment les six tomes de L’Ascension du Haut-Mal, série autobiographique qui revient sur sa vie familiale avec un grand frère atteint d’épilepsie. Le quatrième tome reçoit le prix du meilleur scénario au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en 2000. Il reçoit le Grand Prix de la ville de Genève pour Les Ogres et, après avoir scénarisé Urani pour Sfar, il attaque en solo Les Chercheurs de trésor en 2003. Il quitte L’Association en 2005 et a, depuis, publié chez de nombreux autres éditeurs, comme Delcourt, Gallimard ou Dupuis.

 

Présenté par David Fournol, bibliothécaire

 

L’Ascension du Haut Mal – Tome 4 (L’Association) – Librairie Krazy Kat L12
Les meilleurs ennemis : Une histoire des relations entre les États-Unis et le Moyen-Orient (1783-2013) (Futuropolis) – Librairie Krazy Kat L12




GRAND ENTRETIEN / Martin Winckler

Grand entretien avec Martin Winckler
Samedi 6 avril à 17h30, Salle Vauthier – Durée : 1h30

Défendre le corps des femmes, c’est le cheval de bataille de l’essayiste et romancier Martin Winckler. Derrière ce pseudonyme, un médecin français : Marc Zaffran. Généraliste dans la Sarthe, passé par l’hôpital et le Planning familial, il évoque souvent dans ses livres la situation du système médical.

Son premier roman La Vacation est publié en 1989 et introduit le personnage du docteur Bruno Sachs qui devient célèbre avec le roman suivant La Maladie de Sachs, porté à l’écran sous ce titre par Michel Deville (1999) et interprété par Albert Dupontel, qui obtient le Prix du livre Inter. En 1993, il quitte son exercice de médecin de campagne, devient traducteur et écrivain à temps plein tout en continuant à exercer la médecine à temps partiel.

Il dénonce dans Le Choeur des femmes (2009) les maltraitances gynécologiques produites par une médecine rongée par le sexisme, et le paternalisme dans les Brutes en blanc. Parti exercer au Canada en 2009, ce médecin militant féministe a créé un blog médical, où il répond aux questions des internautes et patients. Il publie En souvenir d’André en 2012, Abraham et fils en 2016, et Les histoires de Frantz en 2017. Outre son site internet (www.martinwinckler.com) il anime un blog littéraire : “Cavalier des touches” et un blog consacré à l’éthique du soin : “L’école des soignants”.

Il vient nous présenter son dernier ouvrage, L’école des soignantes. En 2039, Hannah Mitzvah quitte sa lucrative activité de codage informatique pour se former au soin. A Tourmens, on ne soigne pas comme ailleurs. Hannah apprend que pour avoir le droit de pratiquer les gestes les plus sophistiqués, on doit d’abord apprendre à délivrer les plus simples : aider une soignée à se lever, se laver, se nourrir mais aussi panser, et écouter le récit des personnes, respecter leurs aspirations.

 

Présenté par Les Liseuses

 

L’école des soignantes (P.O.L) – Table de vente et dédicaces sur place




GRAND DEBAT / Face au fondamentalisme

 
Grand débat avec Jean Birnbaum et Boualem Sansal
Un rendez-vous Escale du livre / Sud Ouest
Dimanche 7 avril à 14h, Salle Vauthier – Durée : 1h

Le djihadisme sème le doute. Sa puissance de séduction révèle la fragilité de “notre” universalisme. Nous voici donc obligés d’envisager autrement les rapports de force passés (l’histoire des colonialismes) et présents (depuis l’affaire Rushdie jusqu’à Charlie). Nous voici également contraints de porter un regard neuf sur la conquête des libertés (démocratiques, sociales, sexuelles…) qui distinguent l’Europe comme civilisation. Jean Birnbaum dirige le Monde des livres. Il est l’auteur de plusieurs essais, et notamment d’Un silence religieux, La gauche face au djihadisme, auquel La religion des faibles fait suite. L’écrivain algérien,

Boualem Sansal, pourchassé par les islamistes, est devenu un auteur essentiel pour comprendre les conflits d’aujourd’hui. Sa force : recourir à la fiction pour mieux affronter les vérités taboues.Comme dans 2084, Le train d’Erlingen ou la métamorphose de Dieu décrit la mainmise de l’extrémisme religieux sur les zones fragiles de nos sociétés, favorisée par la lâcheté ou l’aveuglement des dirigeants.

 

Présenté par Yves Harté, Sud Ouest

 

Jean Birnbaum, La religion des faibles (Seuil) – Librairie Olympique L44
Boualem Sansal, Le train d’Erlingen ou la métamorphose de Dieu (Gallimard) – Librairie La Machine à lire L59




GRAND ENTRETIEN / Atiq Rahimi

Grand entretien avec Atiq Rahimi
Dimanche 7 avril à 15h30, Salle Vauthier – Durée : 1h

Atiq Rahimi, né en 1962 à Kaboul, s’est tout d’abord réfugié au Pakistan pour fuir la guerre d’Afghanistan. En 1984, il fait une demande d’asile politique en France, qu’il obtient. Son premier roman, Terre et cendres, est publié en 2000, et sa carrière alterne oeuvres littéraires et films. Il reçoit le prix Goncourt en 2008 pour son premier roman en langue française, Syngué sabour. Pierre de patience. En 2011, il adapte ce roman au cinéma avec l’écrivain et scénariste Jean-Claude Carrière et publie chez P.O.L, Maudit soit Dostoeisvski. Son dernier roman, Les Porteurs d’eau est un récit croisé de la vie d’un exilé afghan entre Paris et Amsterdam et de celle d’un porteur d’eau à Kaboul.

 

Présenté par Yann Nicol

 

Les porteurs d’eau (P.O.L) – Librairie La Machine à lire L59




GRAND ENTRETIEN / Jean-Christophe Rufin

Grand entretien avec Jean-Christophe Rufin
Dimanche 7 avril à 16h30, Salle Vauthier – Durée : 1h

Écrivain, médecin et diplomate, Jean-Christophe Rufin, de l’Académie française, a mené de nombreuses missions humanitaires en Afrique, en Amérique Latine, dans les Balkans, avant de s’engager avec Action contre la faim dont il est resté président d’honneur. Il a été ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie. Il est notamment l’auteur de Les Causes perdues, prix Interallié 1999, ainsi que de Rouge Brésil, prix Goncourt 2001, Globalia en 2006, Le Collier rouge en 2016. Son dernier livre, Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla vient de paraître aux éditions Gallimard.

 

Présenté par Alexandre Fillon journaliste littéraire

 

Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla (Gallimard) – Librairie La Machine à lire L59